Sélectionner une page

L’industrie du CBD est florissante et, selon des projections prudentes, elle devrait atteindre des dizaines de milliards d’euros d’ici 2025. L’extrait végétal est déjà ajouté aux cheeseburgers, aux cure-dents et aux sprays pour l’haleine. Plus de 60 % des utilisateurs de CBD l’ont pris pour lutter contre l’anxiété, selon une enquête menée auprès de 5 000 personnes par le Brightfield Group, une société d’études du marché du cannabis. Les douleurs chroniques, l’insomnie et la dépression suivent derrière. Kim Kardashian, par exemple, s’est tournée vers le produit lorsqu’elle a « flippé » à la naissance de son quatrième bébé. Le golfeur professionnel Bubba Watson s’endort avec. Et le bouledogue français de Martha Stewart en prend aussi.

Qu’est-ce que le CBD ?

Le cannabidiol, ou CBD, est l’enfant moins connu de la plante cannabis sativa ; son frère plus célèbre, le tétrahydrocannabinol, ou THC, est l’ingrédient actif de l’herbe qui fait planer les consommateurs. Trouvant ses racines en Asie centrale, la plante aurait été utilisée pour la première fois à des fins médicinales – ou rituelles – vers 750 avant J.-C., mais d’autres estimations existent également.
Le cannabidiol et le THC ne sont que deux des plus de 100 cannabinoïdes de la plante. Le THC est psychoactif, tandis que le CBD peut l’être ou non, ce qui fait l’objet d’un débat. Le THC peut augmenter l’anxiété ; on ne sait pas exactement quel effet le CBD a, le cas échéant, pour la réduire. Le THC peut entraîner une dépendance et un état de manque ; le CBD est étudié pour aider les personnes en voie de rétablissement.
Le cannabis contenant 0,3 % ou moins de THC est le chanvre. Bien que le Farm Bill de l’année dernière ait légalisé le chanvre en vertu de la loi fédérale, il a également préservé la surveillance des produits dérivés du cannabis par la Food and Drug Administration.

Quelle est la promesse ?

Le CBD est présenté comme un moyen de soulager l’anxiété, la dépression et le syndrome de stress post-traumatique. Il est également commercialisé pour favoriser le sommeil. La popularité du CBD s’explique en partie par le fait qu’il est censé être « non psychoactif » et que les consommateurs peuvent bénéficier des bienfaits de la plante sans être sous l’emprise de la drogue (ou sans avoir envie de manger une pizza à minuit).
Tout comme les plants de chanvre poussent à travers les États-Unis, le marketing fait de même. Des huiles et des sprays nasaux aux sucettes et aux suppositoires, il semble qu’aucun endroit ne soit trop sacré pour le CBD. « C’est le monstre qui a envahi la pièce », a déclaré le Dr Brad Ingram, professeur associé de pédiatrie au centre médical de l’université du Mississippi, à propos de toutes les utilisations sauvages du CBD. Il dirige un essai clinique sur l’administration de CBD à des enfants et des adolescents souffrant d’épilepsie résistante aux médicaments.

Le CBD est-il efficace ?

« Il est prometteur dans de nombreux domaines thérapeutiques, car il est relativement sûr », a déclaré James MacKillop, codirecteur du Michael G. DeGroote Center for Medicinal Cannabis Research de l’université McMaster, à Hamilton (Ontario).
Ce type d’étude, qui constitue la norme d’excellence en médecine, consiste à répartir les participants par hasard, sans que le sujet ni l’investigateur ne sachent quel groupe prend le placebo ou le médicament.
La plupart des recherches sur le cannabidiol ont été menées sur des animaux, et sa popularité actuelle a dépassé la science. « Nous n’avons pas encore tout à fait compris le cours de base sur le CBD », a déclaré Ryan Vandrey, professeur associé de psychiatrie et de sciences du comportement à la faculté de médecine de l’université Johns Hopkins.